Comment gagner plus avec les chevaux déferrés ? Quelle erreur vous ne devez pas commettre ?

chevaux-deferres

Déferré des antérieurs, Déferré des postérieurs, Déferré des quatre pieds. Beaucoup de parieurs ne jurent que par ces critères lorsqu’il s’agit de course de trot. Mais qu’en est-il vraiment ? Peut-on gagner plus d’argent grâce aux chevaux déferrés ? 

Dans cet article je vous explique tout ce qu’il y a à savoir sur les chevaux déferrés. Vous allez également découvrir l’erreur à ne pas commettre à propos des chevaux déferrés.

Qu’est-ce que le déferrage ?

Le déferrage des 2 pieds ou des 4 pieds concerne essentiellement les trotteurs et très rarement les galopeurs. Dans le cas d’un déferrage, l’entraîneur décide de faire courir le cheval sans fers sur 2 pieds seulement ou sur ses 4 pieds. D’où l’expression « Déferré des quatre pieds ».

Lorsqu’on déferre un cheval, cela lui enlève du poids. Néanmoins, tout le poids des fers n’est pas totalement supprimé car parfois on rajoute un peu de poids afin de le ré-équilibrer : on ajoute des cloches lestées ou des plombs.

Enfin, il arrive qu’on ajoute des fers en résine au cheval. Dans ce cas là, il est officiellement déferré mais il cours tout de même avec une protection.

Comment est-ce que ça peut améliorer la performance du trotteur ?

La performance du cheval est améliorée car le fait de lui enlever des fers lui permet d’être plus léger. Avec moins de poids, sa performance s’améliore naturellement.

L’autre impact est sur la sensation du cheval, courir sans fers est plus naturel pour lui. Cela peut lui permettre de maitriser mieux son allure et d’éviter le galop (qui est éliminatoire en trot).

Concrètement, on estime que le déferrage peut faire gagner jusqu’à 1 seconde par kilomètre. C’est donc un avantage non négligeable.

Comment repérer les chevaux déferrés ?

Dans la presse spécialisée ou sur les sites internet de paris sur le turf, le déferrage est toujours signalé. Voici les trois codes à retenir pour savoir si le cheval est déferré ou non :

  • DA : Cheval déferré des antérieurs.
  • DP : Cheval déferré des postérieurs.
  • D4 : Cheval déferré des quatre pieds.

Avant le 1er mai 2009, l’entraîneur pouvait changer d’avis jusqu’à 30 minutes avant la course. De ce fait, les parieurs ne bénéficiaient pas toujours de la bonne information pour faire leur papier.

Mais depuis le 1er mai 2009, il est obligatoire de faire courir le cheval comme cela a été annoncé. S’il est annoncé déferré, il doit courir déferré et inversement.

Si un entraîneur ne respecte pas ça, il risque la disqualification de son cheval ainsi qu’une pénalité financière.

Pour la première fois ?

Pour voir si un cheval est déferré pour la première fois il y a plusieurs moyens :

  • En lisant les commentaires dans la presse spécialisée mais ce n’est pas toujours mentionné.
  • En regardant l’historique du cheval pour savoir s’il n’a pas été déferré auparavant.
  • En allant sur ZEturf Pro (partie du site réservée aux parieurs Zeturf) : dans la liste des partants les chevaux qui sont déferrés pour la première fois sont écrits en vert.

Déferré pour la première fois ne signifie pas forcément que le cheval n’a jamais été déferré. Cela signifie qu’il ne l’a jamais été de cette façon là. C’est à dire qu’il a peut être déjà couru déferré des antérieurs ou des postérieurs mais jamais des quatre pieds.

Pourquoi est-ce que je vous parle de « première fois » ? Nous allons voir ça dans la partie suivante …

Comment utiliser le déferrage pour gagner plus ?

Comme je l’ai expliqué auparavant, le fait de déferrer un cheval peut lui permettre d’améliorer grandement sa performance. Mais vu que cela peut le blesser, la décision de déferrer un cheval n’est jamais prise à la légère.

Le gros avantage pour les turfistes, c’est lorsqu’un cheval est déferré pour la première fois.

Pourquoi ? Car sa carrière jusque là n’a été connue qu’avec des fers. Le fait de le déferrer peut lui apporter un « boost » de performance et lui permettre de gagner une course ou de se placer alors qu’on ne s’y attendait pas.

Repérer les chevaux déferrés pour la première fois est donc important pour vos paris hippiques. Mais …

Et l’inverse ?

Inversement, beaucoup de parieurs vont jusqu’à ignorer les chevaux qui ne sont pas déferrés. Car les statistiques indiquent que les chevaux qui se placent sont presque tout le temps déferrés.

C’est vrai, sauf que la statistique est « faussée » car de plus en plus de chevaux courent déferrés, il est donc normal qu’il y en ait plus à l’arrivée.

Prenons le Prix d’Amiens par exemple : onze chevaux sur quinze sont déferrés soit 73 %. Forcément, si presque les trois quarts des chevaux d’une course sont déferrés alors il n’est pas étonnant de les voir à l’arrivée fréquemment.

Personnellement, je suis contre le fait d’ignorer les chevaux non déferrés. Par exemple le 24/10/20014, Mon Complément, le 1 – SOMETIME, a gagné le Grand Prix de la Toussaint. Et pourtant, il n’était pas déferré.

Aurais-je du l’ignorer au prétexte qu’il n’était pas déferré ? NON.

 

En conclusion, ne faite pas l’erreur d’ignorer les chevaux non déferrés ! Car les statistiques à ce propos sont faussées. Donc, oui ça a un impact sur la performance du cheval mais ce n’est pas la « solution miracle » !