Le coup sûr existe t’il ? Est-ce une arnaque ?

coup sur

Je reçois chaque jours des e-mails me demandant si j’ai un « coup sûr » pour telle ou telle course. Et inversement, on me demande si j’ai des chevaux qu’il faut absolument écarter.

Dans cet article je vais répondre à ces deux questions afin de dissiper les doutes que vous pourriez avoir.

Qu’est-ce qu’un coup sûr ?

Un coup sûr c’est un cheval dont on est certain qu’il serra à l’arrivée. Cela voudrait dire qu’il n’y a aucun doute à avoir sur le sujet. C’est un peu comme si on disposait d’une « boule de cristal » permettant de connaître l’arrivée à l’avance.

Qui recherche un coup sûr ?

Derrière une demande de coup sûr, il y a deux types de parieur : le parieur qui n’aime pas prendre de risque et le parieur qui est prêt à tout pour « se refaire ».

Malheureusement, ces deux comportements sont dangereux :

Le cas du parieur qui ne veut pas prendre de risque :

Il y a tout simplement une erreur de vision sur les courses de chevaux et sur les paris en général. Les paris sont un jeu de hasard et rien n’est jamais certain, sinon tout le monde gagnerait. Or comme dans tout jeu de hasard, il faut des gagnants et des perdants.

C’est un peu comme en bourse : il n’est jamais certain qu’une action monte même si c’est une valeur « sûre ».

Le cas du parieur qui est prêt à tout pour « se refaire »

Il s’agit du parieur qui a joué plus que ce qu’il aurait du jouer (voir la règle n°1) et qui est désespéré car il veut absolument « se refaire ».

Ou alors, c’est le joueur qui utilise une martingale et qui a absolument besoin du coup sûr pour éviter l’explosion de son compte.

Ces deux comportements sont dangereux et sont a éviter !

Pourquoi le coup sûr n’existe pas ?

D’un point de vue probabiliste chaque cheval a une chance égale de remporter la course. Même si les favoris ont a priori plus de chance que les autres participants, beaucoup d’éléments peuvent tout chambouler et créer la surprise.

Dans une course de trot par exemple, un favori peut être fautif et se retrouver disqualifié alors qu’il était très bien parti. Ou alors un favori peut se retrouvé enfermé au milieu du peloton et ne pas arriver à sortir.

Dans une course de haies, le grand favori peut tomber de lui-même ou être entrainé par un autre cheval.

Dans une course de galop, le grand favori peut pousser, bousculer ou gêner, un ou plusieurs de ses concurrents et se retrouver disqualifié.

Un exemple de « coup sûr » qui a échoué :

Lors du Prix de Bourgogne qui a eu lieu le 28 décembre 2014 à Vincennes, quasiment tous les parieurs étaient persuadés que le grand champion READY CASH allait remporter la course. Ready Cash était d’ailleurs le cheval qui avait été le plus été joué en pari gagnant et en pari placé.

Et pourtant :

Ready Cash s’est retrouvé fautif à l’entrée de la ligne droite alors qu’il tentait de contrer ses opposants. Quant au deuxième grand favori, le 6 – Texas Charm il a lui aussi été éliminé. A leur place sont arrivés des outsiders.

Y-a-t’il des chevaux « impossibles » à voir à l’arrivée

Nous avons vu qu’en terme de courses de chevaux tout était possible. Dès lors, il est impossible de donner des chevaux dont on pourrait savoir catégoriquement qu’ils ne peuvent pas être à l’arrivée.

Voici un exemple : le 1 janvier 2015 j’avais donné en coup de poker le 5 – TITANE NORDIQUE. 

J’ai reçu des e-mails de personnes me demandant si j’étais tombé sur la tête en donnant un cheval avec une côte aussi élevée. Certains m’ont dit qu’il n’allait même pas terminer la course !

Résultat : non seulement, TITANE NORDIQUE a terminé la course mais il l’a terminé premier permettant des gains de 221 € en gagnant et 50 € en placé (pour 10 € de mise).

Mais alors, comment faire ?

Psychologiquement, il peut être dur de faire des pertes. Il est donc capital que vous compreniez bien que les paris hippiques sont par nature aléatoires et qu’il n’est pas possible d’être certain de tel ou tel cheval.

On peut en tirer plusieurs leçons :

  1. Un favori peut ne pas être à l’arrivée. Même si il a une côte de 1.5, rien n’est jamais certain.
  2. Un tocard avec une cote de 20, 50 ou 100 peut terminer la course et la gagner. Il ne faut donc pas ignorer de chevaux lorsqu’on fait son pronostic.
  3. Amusez-vous ! Comme je vous l’explique dans cet article il est important que les paris hippiques ne vous causent pas de malheur, cela doit rester un plaisir.
  4. Ne cherchez pas « le coup sûr » car si quelqu’un vous propose un cheval dont il est certain qu’il soit a l’arrivée c’est vraisemblablement une arnaque.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Répondez dans les commentaires :